Les avantages de créer une entreprise sas

Lors de la création de l’entreprise, le choix de la forme est une étape délicate. Choisir une sas est une bonne alternative car  elle apporte une multitude d’avantages. Il est donc judicieux de voir de plus près les points positifs de cette forme d’entreprise.

Avantages comparé aux autres formes

Pour commencer, une souplesse contractuelle est offerte. Cela signifie que les associés fixent les règles de fonctionnement de l’entreprise. Il en va de même pour le mode de transmission des actions. Il est plus judicieux de choisir une sas plutôt qu’une sarl car les règles sont moins contraignantes. A l’opposé d’une sarl, le président peut être une personne physique ou morale. Contrairement à une SA, deux actionnaires suffisent pour créer la compagnie. De plus, la gestion est beaucoup plus souple car les obligations légales ne sont pas nombreuses. De plus, les responsables ont beaucoup de liberté. En effet, ils décident du fonctionnement de l’institution à partir des besoins et des contraintes. En outre, les formalités sont simplifiées. Et la structure évolutive facilite les partenariats. La compagnie peut être créée seul ou avec d’autres associés. Entre autres, il est possible de convertir les options de souscription ou d’achat d’actions.

Des points positifs considérables

Autre élément important, les investisseurs sont fortement attirés par cette  forme d’entreprise. Cela s’explique par le fait que le capital peut être variable. De plus, un organe de contrôle peut être mis en place. En ce qui concerne les avantages fiscaux, les responsables  peuvent choisir l’imposition des bénéfices sou certaines conditions. De plus, les droits d’enregistrement sont plafonnés à 5000 euros. Le régime social du dirigeant est également avantageux. En effet, il s’agit d’un assimilé-salarié. Il obtient alors la protection sociale prévue par le régime général de la sécurité sociale. De plus, les dividendes perçus n’impliquent pas de cotisations sociales. Il ne faut pas oublier que la nomination d’un commissaire aux comptes n’est pas obligatoire. Il en va de même pour le commissaire en apports. Cela est possible si tous les actionnaires sont d’accord et si les apports en nature ne dépassent pas la moitié du capital.